mercredi 7 février 2018

EUGENESIA : "9 de Abril de 1948" [CHRONIQUE]

EUGENESIA
9 de Abril de 1948

CD EP

Martel en Tête
2017

 Le 9 avril 1948, date clé dans l'histoire de la Colombie, fait référence à la journée tragique au cours de laquelle fut assassiné Jorge Eliécer Gaitán, homme politique alors très en vue et qui se trouvait en position de remporter l'élection présidentielle de 1950. Cet assassinat, dont les auteurs et les commanditaires n'ont jamais été clairement identifiés, déstabilisa totalement le pays et le fit plonger dans La Violencia, une période paroxysmique de chaos jalonnée de troubles sanglants, qui se prolongera jusqu'au milieu des années 1950. 


 C'est à la faveur de cette situation de quasi-guerre civile que se sont constitués deux groupes de guérilla marxistes, les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC), et l'Armée de libération nationale (ELN), dont le premier n'a accepté de déposer les armes qu'en 2016, et dont le second poursuit sa lutte armée à l'heure où j'écris ses lignes. Et bien évidemment, l'émergence de cette mouvance n'a pas manqué de provoquer, en réaction, celle d'un fort courant nationaliste et anticommuniste... Autant dire, donc, que cette date du 9 avril 1948 marque pour la Colombie le début d'une ère de violences politiques et d'instabilité chronique qui perdure depuis déjà près de 70 ans.

 Cette parenthèse historique étant refermée, venons-en à présent au coeur du sujet central, c'est-à-dire ce tout premier EP 5 titres (+ une intro) d'EUGENESIA. Les productions musicales en provenance de Colombie ne sont pas choses courantes, et celle-ci n'est donc pas sans revêtir, pour les Européens que nous sommes, un certain parfum d'exotisme.

 Après l'extrait d'un discours
enflammé du susmentionné Jorge Eliécer Gaitán en guise d'introduction, le disque nous assène sans transition cinq morceaux d'un R.A.C. primitif et brut, sur fond de vocaux rageurs qui scandent en espagnol des paroles revendicatives et sans concession. Salvación o destrucción... Dès le premier morceau "Golpe De Estado Capital" , le ton est donné.  

 La technicité, la subtilité parolière et la recherche mélodique ne semblant guère figurer au nombre des préoccupations premières d'EUGENESIA, le son du groupe, dont le style consiste principalement à marteler des messages directs portés par une rythmique de bulldozer, apparait globalement quelque peu linéaire. Cette sensation de lourdeur sonore se voit même amplifiée - à moins qu'elle n'en soit au contraire quelque peu nuancée - par une touche de Metal dans la guitare. En somme, tout ceci est un tantinet "bourrin", ce qui, pour le coup, ne devrait pas déplaire à ceux qui apprécient tout spécialement cette caractéristique.

 On notera que le dernier morceau, "Crucificados", n'est autre qu'une reprise des TERCIOS, groupe de R.A.C. espagnol bien connu des initiés.

 Une production qui s'adresse donc principalement au noyau dur des inconditionnels du R.A.C., ainsi qu'aux amateurs de curiosités hispaniques. Le CD se présente en simple pochette cartonnée, et est disponible à prix modique.

Alimaña Marrón



************************** 

TRACKLIST 

01. Jorge Eliecer Gaitan Speech (Intro)
02. Golpe De Estado Capital
03. Santa Fe De Bogota
04. Comando Skinhead Al Acecho
05. 9 De Abril De 1948
06. Crucificados (Tercios cover)

 

**********************************

Mini CD disponible directement
via la boutique en ligne
du label :


**********************************
EXTRAIT

Golpe de Estado Capital :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Commenter cet article / Comment this article :

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.